A Torch Against the Night (An Ember in the Ashes #2), par Sabaa Tahir

Résumé (tome 1): Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

Genre:  Fantasy / Young Adult


Ce que j’en ai pensé: Comment séparer l’expérience de lecture du livre ? Juge-t-on un livre uniquement sur son contenu ou bien l’environnement et le timing de la lecture impact-il notre jugement ? Ce sont les questions que je suis obligée de me poser après ma lecture de A Torch Against The Night. Ce n’est pas que le livre n’est pas bon, bien au contraire il est excellent, mais j’y reviendrai plus tard. Non, le problème lors de cette lecture venait très clairement de moi, et de mon incapacité à me plonger dans le livre à 100%. 

Ainsi, fin Septembre j’ai lu Empire of Storms (Throne of Glass #5), et depuis je n’arrêtais pas d’y penser, je n’arrivais pas à décrocher. C’est pour cela qu’il m’a fallu plus d’une semaine avant même de prendre un nouveau livre et encore plus de deux semaines pour m’y mettre réellement et le finir. En lisant la première moitié de Torch, je n’étais tout simplement pas dedans, mon esprit étant resté dans Empire. C’est le schéma classique d’une panne de lecture pour moi, et malheureusement il n’y a pas grand chose à faire si ce n’est persévérer jusqu’à ce que ça passe.

Une panne de lecture de ce niveau peut durer un moment, et c’est bien une preuve de la qualité de A Torch Against The Night qu’il ait finalement réussi à me faire passer à autre chose. Il n’en reste pas moins que mon expérience de lecture avec ce livre n’a pas été aussi bonne qu’elle aurait pu l’être et que mon appréciation du livre s’en ressent. 

Mais passons au vif du sujet, ma revue du livre. Si vous avez lu mon article sur le tome 1, An Ember in the Ashes, vous savez que j’avais adoré ce livre auquel je ne trouvais rien à redire. Et bien, c’est toujours vrai pour cette suite. D’une certaine façon je dirais même que Torch est meilleur qu’Amber dans le sens où il développe encore plus un univers déjà fascinant et continue d’explorer un monde toujours plus sombre et complexe. A Torch Against The Night est un roman brutal, noir, haletant et captivant. L’auteur n’a pas peur de sortir des sentiers battus, si bien que si je pensais parfois deviner où l’intrigue nous menait, j’avais bien souvent tord. 

Dans la forme, Torch garde le principe des chapitres qui alternent différents points de vue à la première personne mais ajoute celui d’Hélène à ceux déjà existants d’Elias et de Laia. Dans le fond cela permet de développer en profondeur ces trois personnages et de créer une dynamique très intéressante, les personnages ne suivant pas un unique arc narratif. On suit donc trois lignes de récit que se croisent et s’éloignent, permettant ainsi à l’auteur de jouer sur les effets de suspens et les révélations. Surtout, cela m’a permis de vraiment découvrir Hélène, et je dois dire que je l’adore. Je pense d’ailleurs que c’est le personnage que j’ai le plus aimé durant ma lecture, ses chapitres étant ceux que j’attendais le plus. 

En bref, difficile d’en dire plus sans vous spoiler mais je peux vous assurer que ce second tome est largement à la hauteur du premier et que cette série nous promet d’excellentes choses pour l’avenir. Si vous ne l’avez pas encore découverte je vous encourage fortement à le faire ! Pour ma part je relirais très certainement A Torch Against the Night avant la sortie du tome trois en 2018, en espérant que mon expérience de lecture sera plus réussie et me permettra d’apprécier à sa juste valeur cette petite pépite.

Ma note: 4/5


Le point VO/VF: Je vous en parlais dans les Sorties du mois de Novembre, Une Flamme dans la Nuit débarque très prochainement chez Pocket Jeunesse donc pas d’inquiétude de ce côté là. En revanche si vous pensiez tenter l’aventure en VO je recommande d’avoir un niveau d’anglais solide, s’agissant de fantasy. 

Bonnes Lectures,

Gaëlle

1 commentaire sur “A Torch Against the Night (An Ember in the Ashes #2), par Sabaa Tahir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *