The Winner’s Curse (The Winners #1), par Marie Rutkoski

Genre:  Young Adult / Fantasy 

Résumé: As a general’s daughter in a vast empire that revels in war and enslaves those it conquers, seventeen-year-old Kestrel has two choices: she can join the military or get married. But Kestrel has other intentions.
One day, she is startled to find a kindred spirit in a young slave up for auction. Arin’s eyes seem to defy everything and everyone. Following her instinct, Kestrel buys him—with unexpected consequences. It’s not long before she has to hide her growing love for Arin.
But he, too, has a secret, and Kestrel quickly learns that the price she paid for a fellow human is much higher than she ever could have imagined.


Ce que j’en ai pensé: Comme prévu et annoncé dans ma PAL pour ce mois de Juillet, je me suis lancé dans la lecture de The Winner’s Curse. Ce roman et la trilogie dont il fait partie à reçu de très bonne critique et il me tardais de découvrir de quoi il en retournait. J’ai personnellement vraiment apprécié ma lecture de ce premier tome qui installe un univers riche, très bien développé par l’auteur. On devine d’ailleurs que ce que l’auteur nous fait découvrir dans ce premier tome n’est qu’une partie d’un univers beaucoup plus vaste que l’on explorera par la suite. Le véritable point fort ce roman c’est la capacité qu’à l’auteur de faire comprendre au lecteur les deux côtés de l’histoire.

Je m’explique. Dans The Winner’s Curse deux peuples cohabitent sur un même territoire : les natifs, devenus esclaves et les guerriers qui ont conquit ce pays dix années plus tôt. Kestrel, l’une de nos protagoniste, est la fille du général qui a mené l’invasion. Quant à Arin, notre second protagoniste, il était auparavant un membre de la haute société mais est désormais esclave au service de Kestrel. En alternant les point de vu entre les deux personnages que tout oppose, l’auteur nous permet de comprendre que tout n’est pas blanc et noir et que ce qui fera le bonheur de l’un impliquera probablement le malheur de l’autre. Ce paradoxe est au coeur de la relation entre nos deux protagonistes et est également le coeur de l’histoire. Je ne crois pas avoir déjà lu d’histoire avec ce genre de situation et c’est vraiment ce qui m’a le plus plût dans ce roman.

Bien sûr j’ai également adoré les personnages, et particulièrement leur relation. Dans ce genre de roman j’ai toujours peur de me retrouver face à un cas d’amour instantané, pas du tout plausible. Il n’y a rien de pire pour me faire sortir d’un roman, mais ce ne fut pas du tout le cas ici. Petit à petit, les personnages se rapprochent et cela nous laisse le temps, en tant que lecteur, de nous impliquer dans cette relation. Enfin, si vous pensez que The Winner’s Curse ne se limite qu’à une histoire de romance vous êtes loin du compte ! En deuxième partie de roman, l’intrigue politique ce développe et promet de très bonnes choses pour la suite.

Mon seul réel reproche concernant ce roman vient du fait qu’il soit classé comme un roman de fantasy. S’agissant de mon genre préféré j’ai souvent des attentes plus élevées pour les romans de fantasy, et c’était le cas pour ce roman également, ce qui a potentiellement pu impacter mon opinion du livre. D’autant plus que, au delà du fait que ce roman ce passe dans un univers entièrement différent du notre, je cherche encore les éléments de pure fantasy. Mais comme je le disais la suite est prometteuse et je vous recommande vraiment ce roman qui sort des sentiers battus.

Ma note: 4/5


Le point VO/VF: Vous pouvez retrouvez The Winner’s Curse en VF chez les éditions Lumen. Et si vous avez un niveau élevé vous pouvez le tenter en VO. 

Bonnes Lectures,

Gaëlle

5 commentaires sur “The Winner’s Curse (The Winners #1), par Marie Rutkoski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *