Lady Midnight (The Dark Artifices #1), par Cassandra Clare

Aujourd’hui je vous retrouve avec mes pensés, sentiments et autres opinions sur Lady Midnight, le dernier roman de Cassandra Clare. Je vais essayé de faire une revue qui soit la plus claire et cohérente possible, mais je ne promets rien car ce livre m’a mise dans tout mes états.  

Genre:  Urban Fantasy/ Young Adult
Résumé : It’s been five years since the events of City of Heavenly Fire that brought the Shadowhunters to the brink of oblivion. Emma Carstairs is no longer a child in mourning, but a young woman bent on discovering what killed her parents and avenging her losses.
Together with her parabatai Julian Blackthorn, Emma must learn to trust her head and her heart as she investigates a demonic plot that stretches across Los Angeles, from the Sunset Strip to the enchanted sea that pounds the beaches of Santa Monica. If only her heart didn’t lead her in treacherous directions…

Ce que j’en ai pensé: Lady Midnight, c’est l’essence même de tout ce que j’aime dans les romans de Cassandra Clare. C’est cet équilibre parfait, mais si rare, entre action, romance, humour et mystère. Pas nécessairement dans cet ordre là d’ailleurs. Aucun autre livre, aucune autre série ne me fait autant élaborer de théories, réfléchir et spéculer que ceux de Cassandra Clare. 
Je sais que lorsqu’on lit l’un de des romans de Cassandra Clare, la règle numéro un c’est de ne se fier à personne et d’être toujours sur ses gardes car les trahisons sont malheureusement fréquentes dans l’univers des Chasseurs d’Ombres. Et on pourrais croire qu’après avoir lu onze livres de cette auteure dans cet univers, plus rien ne pourrait me surprendre… Et pourtant !  J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai lâché le livre sous le coup de la surprise. Ou encore mes nombreuses exclamations, à voix haute, adressées directement au livre, et qui ressemblaient toutes plus ou moins à « Oh God ! OH MY GOD! » (parce que quand je lis en anglais, je réagis en anglais, bref.). J’ai également cessé de compter le nombre de fois où Cassandra a rempli mon petit coeur d’amour et de joie pour le briser la seconde suivante. Mais c’est aussi pour cela que j’aime ses livres.
Ce que j’aime également dans les romans de Cassandra Clare ce sont les personnages qu’elle crée, et le moins que le puisse dire c’est qu’il y en a un paquet ! warriorJ’avais déjà rencontré certains d’entre eux dans la Cité du Feu Sacré ou dans TFSA, mais ça ne m’a pas empêché de me mélanger un peu les pinceaux au départ pour savoir qui était qui. Mais très rapidement on sait, sans même avoir besoin d’un nom car les personnages créés par Cassie sont tellement complets et ont des personnalités tellement différentes, qu’on repère vite qui est qui.
D’une part, il y a Emma, qui est l’essence même de la Chasseuse d’Ombres. C’est une guerrière, qui arbore fièrement ses cicatrices et qui est prête à tout pour venger la mort de ses parents, cinq ans plus tôt. C’est le genre de fille qui dort avec son épée, Cortana, et qui fonce dans le tas et réfléchit après. Mais Emma c’est aussi un personnage attachant et drôle qui ne manque vraiment pas de répartie.
Et puis il y a Julian Blackthorn , le parabatai d’Emma. Julian (AKA bae ♥), c’est un gamin qui a douze ans s’est retrouvé père de famille après la mort de ses parents et qui a du élevé seul ses quatre petits frères et sœurs, dont le plus jeune n’était qu’un bébé. Cinq ans plus tard, c’est un jeune homme doux et gentil mais prêt à tout pour protéger sa famille et « ses » enfants. Tarot_Rings_5C’est aussi un personnages pleins de secrets, passé maître dans l’art du mensonge et capable d’une certaine noirceur car quand il s’agit de sa famille, il n’a pas de limite.
On rencontre également Christina, jeune Shadowhunter mexicaine venue passer un an à l’institut de Los Angeles et qui traîne derrière elle de nombreux secret. J’ai adoré Chrisitina qui apporte vraiment beaucoup dans les dynamique relationnelles en tant que personnage « extérieur ». 
Enfin, il y a tout les autres Blackthorns: Mark, le frère aîné disparu; Livia et Tiberius, les jumeaux inséparables, et Drusilla et Octavian. C’est une sacré famille, et comme je le disais il faut un peu de temps pour apprendre à les connaître et à les différencier. Mais au final ils sont aussi attachants les uns que les autres. Mark est un personnage très intéressant, à la fois Faerie et Chasseur d’Ombre, il a disparu pendant cinq et n’a plus aucun repères chez lui. Il est mystérieux et très drôle, bien souvent sans le savoir. Et, au vu de la conclusion de ce premier tome, il aura un rôle très important par la suite. 

______________________________

En plus de son talent pour la torture émotionnelle et les retournements de situations, Clare est particulièrement douée quand il s’agit de créer un univers complexe et interconnecté. Dans les Shadowhunters Chronicles, TOUT, absolument tout, est lié. Pour rappel les Shadowhunters Chronicles regroupent toutes les séries et romans sur les Chasseurs d’Ombres. Au total, Cassandra Clare a annoncé cinq séries dans cet univers, deux sont déjà terminées (The Mortal Instruments & The Infernal Devices) et deux autres sont en cours d’écriture et de publication (The Dark Artifices & The Last Hour). Quand à la dernière, The Wicked Powers, on sait très peu de chose dessus puisqu’elle n’est pas prévue pour tout de suite.
Mais je m’égare… Ce que je voulais dire c’est que bien que l’on puisse, en théorie, lire chaque série séparément sans avoir lu les autres, je ne le recommande pas. D’une part parce que ça serait vraiment passer à côté de quelques choses, mais surtout parce que tout est lié et que ces histoires et les révélations qu’elles contiennent n’ont vraiment pas le même impact individuellement. Ainsi, quand Emma se rappelle son père qui disait que les Castairs étaient redevables aux Herondales, cela ne veut pas dire grand chose pour elle, et pour le lecteur non plus. A moins d’avoir lu The Infernal Devices, et là, ça veut tout dire. Et le nombres de clins d’œil aux deux précédentes séries que l’on trouve dans ce livre est simplement dingue, je ne suis même pas sûre de tous les avoir bien repérés. En bonus, à la fin de Lady Midnight on peut retrouver une courte nouvelle intitulé « Une Longue Conversation » consacré uniquement aux héros de TMI et qui est parfaite. En bref, Lady Midnight est peut être le premier tome d’une toute nouvelle trilogie mais c’est surtout un roman qui s’inscrit dans un tout bien plus grand.
En conclusion, et au risque de me répéter, Lady Midnight était très largement à la hauteur de mes attentes, qui étaient pourtant élevées. C’est un roman à la hauteur des autres romans de Cassandra Clare, meilleurs peut être même car la plume de cette auteure s’améliore de tome en tome. Et si ce n’est pas déjà fait, je vous recommande très fortement de lire les Shadowhunters Chronicles. 
Ma note : 6/5  (oui, oui c’est possible !)

Le point VO/VF: J’ai contacté via Twitter les éditions Pocket Jeunesse qui ont publiés les deux précédentes série de Cassandra Clare. Il m’ont dit que oui, Lady Midnight et tous les futurs romans des Shadowhunters Chronicles seront publiés chez eux en VF, mais qu’il faudra faire preuve de patience car pour le moment aucune date n’est annoncée. On en reparlera en temps et en heure mais sachez qu’en moyen il y a un délai de six moi entre la sortie VO et la VF. On peut donc espérer une sortie VF à la rentré.  
Bonnes Lectures,
Gaëlle

6 commentaires sur “Lady Midnight (The Dark Artifices #1), par Cassandra Clare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *